• ☎ 03 20 88 73 46 - Accueil téléphonique Mardi, Jeudi 14h30-17h00

Livres pour enfants de 6 à 11 ans

Le petit livre de la mort et de la vie

1024 576 Vivre son deuil

de Delphine Saulière et rémi Saillard

Si chaque être humain s’interroge sur les grandes étapes de la vie (naître, grandir, vieillir, mourir), peu savent donner des réponses adaptées à un enfant qui pose des questions sur la mort ou qui es confronté à un deuil. Or pour dénouer des sentiments d’angoisse ou de tristesse, rien ne remplace la parole et le dialogue.

L’auteur a travaillé à partir de vraies questions d’enfants et y répond simplement à raison d’une question par double. C’est quoi, pourrir ? Comment meurt-on ? Où va-t-on quand on est mort ? Que fait-on du corps ? Pourquoi la mort fait-elle si peur ? etc.

Si le livre n’évite pas les sujets difficiles comme par exemple la souffrance et le suicide, il veut donner de l’espoir et expliquer que la mort fait partie de la vie et lui donne son sens.
Il veut rassurer l’enfant, l’aider à comprendre que la mort n’est pas morbide mais naturelle…

 

L’arbre et l’ombre de la Lune

1024 576 Vivre son deuil

de Hélène Romano.

“Plus jamais il n’y aura de vacances avec mon Papa et ma Maman.
La nuit est tombée tout d’un coup dans ma vie.
Papa ne vit plus.
On m’a dit que c’était un suicide, ce qui lui est arrivé.
Mais pourquoi personne ne veut m’expliquer ?
Ce n’est pas juste.” Un petit garçon de 8 ans raconte le suicide de son papa quand il avait 6 ans.

La mort d’un parent est une très lourde épreuve pour un enfant.
Mais la mort par suicide l’est davantage car elle s’accompagne souvent d’incompréhension, de culpabilité, voire de colère pour les proches.
Après le suicide de l’un de ses parents, l’enfant se sent perdu.
Il se demande si ce qui est arrivé est sa faute. Et, face au silence des adultes, il s’interroge et veut comprendre.

Psychologue, spécialiste du trauma de l’enfant, Hélène Romano raconte, avec une histoire simple, comment parler avec les enfants après le suicide d‘un parent et les aider à surmonter cette épreuve.
Les illustrations à la ligne claire et aux couleurs chaudes d’Adolie Day permettent d’aborder avec sérénité et profondeur ce sujet douloureux.
En fin de volume, une double page blanche permet aux jeunes lecteurs de s’approprier cette histoire en dessinant leurs émotions et leurs pensées.
Une fiche à destination de la famille donne des repères essentiels à la communication avec les enfants orphelins.

 

Le cimetière des mots doux

1024 576 Vivre son deuil

d’Agnès Ledig et Frédéric Pillot. Ed.Albin Michel Jeunesse 2019

 

Agnès Ledig, avec la sensibilité et l’empathie qui la caractérisent, raconte par la voix d’une petite fille, Annabelle, le parcours de Simon, son amoureux atteint de leucémie, et les émotions qu’elle ressent. Avec des mots simples et justes, Agnès Ledig aborde un sujet très difficile, la mort d’un enfant malade et l’indicible chagrin de son amie.

Cette histoire poignante- qui suit la trame de son dernier roman adulte Dans le murmure des feuilles qui dansent – permet en douceur d’appréhender, en famille, cette notion délicate. Elle a aussi pour vocation d’offrir à l’enfant concerné par la mort d’un proche, un outil concret pour vivre le deuil et apprivoiser le chagrin : un geste symbolique, ici les mots doux qu’Annabelle écrit et va ensuite déposer dans la forêt qu’aimait Simon. Dans une nature à la fois poétique et puissante, la vie est plus forte que tout.

À partir de 5 ans.