• ☎ 03 20 88 73 46 - Accueil téléphonique Mardi de 18h à 20h30 et Jeudi de 14h30 à 17h

A découvrir

Vidéo de la conférence « Consolation »

1024 576 Vivre son deuil

 » Consolation » de Anne-Dauphine Julliand

 

L’autrice de Deux petits pas sur le sable mouillé livre un récit lumineux qui aide à vivre avec la douleur.
Le récit tisse avec grâce des scènes vécues et des réflexions qui touchent toujours juste. Anne-Dauphine Julliand évoque ses deux filles, Thaïs et Azylis, mais aussi Loïc, son mari, Gaspard, son fils aîné, et enfin Arthur, le petit dernier. Elle rend hommage à tous les consolants : une sœur qui vous rend dans les bras, une infirmière qui s’assoit sur le bord du lit et prend juste le temps » d’être là « . Elle a le don de ces scènes courtes qu’elle rend inoubliables. Anne-Dauphine Julliand refuse l’idée selon laquelle la douleur doit s’effacer une fois  » le travail du deuil  » accompli. Pour elle, les pages ne se tournent pas, elles s’ajoutent. La vie se complique, et tout s’entremêle. Elle ne juge pas, donne des clés, apprend à être avec la douleur, la sienne et celle des autres.  » Ne me secouez pas, je suis plein de larmes « , écrivait Henri Calet.  » Si on ne me touche pas, je meurs « , lui répond Anne-Dauphine Julliand. Plus jamais les lecteurs de ce livre hésiteront à serrer dans leurs bras celui ou celle qui souffre. C’est une déclaration pour le droit de pleurer.

Lettre à celui ou celle qui veut m’aider

1024 576 Vivre son deuil
Fort de sa longue expérience du deuil, le Dr Christophe Fauré (psychiatre et psychothérapeute ) a écrit une lettre à l’intention des proches afin de les aider à mieux comprendre et accompagner les personnes endeuillées.
Lien vers l’article :

Le silence de l’ombre . BD pour enfant

1024 576 Vivre son deuil

Xavier Bétaucourt  (Auteur), Elodie Garcia (Dessins) . Parution Janvier 2022. Editeur : Jungle

Tout commence avec une scène de balançoire. « Plus haut, vas-y grand-père… » Et vlan, Nao, un enfant de 7 ans voit son grand-père mourir sous ses yeux, d’une crise cardiaque. Envahi par la colère, il la rejette sur sa mère et l’accuse d’être insensible. Alors, elle lui raconte à son tour, une belle histoire. C’était, il y a plus de 20 ans lorsqu’elle aussi enfant, a dû faire face à un grand malheur.

Une histoire sous forme de conte pour aider à surmonter ses émotions lors d’un deuil, comment y faire face et s’en relever.

 

VIDEO : « La mort, parlons-en tant qu’il fait beau »

724 1024 Vivre son deuil

Vidéo de la Conférence du  jeudi 25 novembre 2021

Vidéo : cliquez ici

Nous baignons quotidiennement dans des images de mort à travers les médias. Une mort qui apparaît comme « extra-ordinaire », lointaine, abstraite, tandis que les fins de vie «ordinaires» se déroulent souvent dans le silence de lieux clos : «cachez cette mort que je ne saurais voir… »

A travers une conférence grave et légère, tendre et stimulante, le conférencier dit pourquoi il faut parler de la mort quand tout va bien, « quand il fait beau », pour mieux vivre précisément , expliquant que laisser grandir la mort en soi n’est pas une chose triste, loin de là, mais une manière de mieux vivre l’instant présent.

Fidèle à son habitude, Gabriel Ringlet mêle réflexion spirituelle et évocation poétique dans une conférence souriante et encourageante.

Gabriel Ringlet est écrivain, poète, théologien, universitaire et prêtre.

On m’a dit qu’il était au ciel

1024 576 Vivre son deuil

On m’a dit qu’il était au ciel… Néva éditions – Magland,2020, 32 p. – (Petites histoires de famille)

Alors que Noël approche, Simon pense souvent à son parrain Fred et à tous les souvenirs qu’ils ont en commun. Son père lui dit qu’il est parti au ciel mais le petit garçon espère que la magie de Noël est capable de le ramener parmi eux. Les parents comprennent qu’il est temps d’évoquer tous ensemble la question de la mort.